Étape 20 – Kilomètre 400 !

Pour la première fois lors de ma route, j’ai pu apercevoir un panneau indiquant Kyoto, et le kilométrage jusqu’à Otsu, la 53ème et dernière station du Tokaïdo avant Kyoto… « Otsu : 98 km ». Ça rend l’arrivée de plus en plus concrète. Déjà plus de 400 kilomètres marchés sur la route du Tokaïdo, et c’est sans compter les détours et rallonges…

Mais là, je sens bien que c’est la dernière semaine. À Québec aussi, le compte à rebours a commencé, puisque la famille s’envole dans moins d’une semaine pour me rejoindre à Kyoto… Bref, l’effervescence se fait sentir de plus en plus 🙂 C’est donc empreint de cette fébrilité que j’ai parcouru aujourd’hui ma 20ème étape. Comme prévu, la route ne m’a pas réservé de surprise formidable.

À ma gauche, la bassin industriel du sud de Nagoya, avec des usines et des raffineries à n’en plus finir. Les grands noms de l’industrie technologique, alimentaire, pétrochimique et automobile nippone sont en partie installés ici: Toshiba, Toyota, Nissan, Suzuki, Asahi… pour n’en citer que quelques-uns.

À ma droite, les Alpes japonaises et leurs sommets enneigés. Après un début de journée froid et venteux, puisqu’il gelait à mon départ ce matin, la mi-journée a vu le temps changer radicalement et se réchauffer jusqu’à 13-14 degrés, sous un beau soleil, ce qui a rendu la seconde partie de la marche très agréable.

Les derniers kilomètres, dans les environs de Yokkaichi, m’ont permis de renouer avec une petite ville du Japon profond, un peu vieillotte, mais remplie de petits temples et vestiges du passé, ici et là.

Après 20 kilomètres de marche, arrivée donc à mon petit hôtel. D’après ce que j’ai vu lors de la préparation de mon voyage, les 3 prochains jours me ramèneront en arrière dans le temps. Je retrouverai les collines, la forêt et les vieux chemins pavés, agrémentés d’authentiques souvenirs du temps des shoguns. Un changement radical d’ambiance qui sera le bienvenu avant d’amorcer ma descente finale vers Otsu et Kyoto, où j’arriverai comme prévu le 23, le jour de mes 50 ans!

Ce soir, je me dis vraiment « Quelle aventure! ». À aucun moment, je n’ai regretté mon choix d’entreprendre ce voyage un peu fou. Marcher pendant des heures en appréciant ce qui se présente, sans être dans le décompte des kilomètres restants, permet de relativiser bien des choses. Je ne sais pas encore comment tout cela va se placer, mais on dirait que ce n’est qu’en approchant de la fin de ce périple que je commence à saisir vraiment les apprentissages que je fais sur moi, sur ma vision de la vie et de mes priorités… Ce n’est pas encore très clair tout cela, alors laissons le processus se faire… À suivre…

Merci de me suivre dans ce que mon amie Brigitte a appelé ma « follitude »…

À bientôt !

Nicolas

Merci de partager !

Written by 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *