Étape 10 – Un voyage dans le temps et 200 km de faits

Quelle magnifique journée que cette 10ème étape! Me voilà de retour sur l’authentique route du Tokaïdo, à travers villages, collines, petits chemins sinueux dans la forêt et rizières, en passant également dans un tunnel surprenant, construit au milieu des bois à l’époque Meiji.

Sur les 23 km de la journée, pratiquement 20 ont été un parfait régal pour tous mes sens. La vue tout d’abord, avec les magnifiques couleurs de l’automne qui se déploient avec grâce sur les érables japonais. L’ouïe, qui savoure la quiétude de la forêt, le silence n’étant interrompu que par le cri de quelques corneilles. Le toucher des pas qui s’enfoncent doucement sur le tapis de mousse humide qui gagne du terrain sur les chemins pavés. L’odeur de la forêt et de je ne sais quels plats cuisinés à l’arrière des chaumières bordant la petite route qui serpente à flanc de montagne. Et, enfin, le goût de ce magnifique boeuf grillé qui a fait les joies de mes papilles en fin de parcours.

La journée a commencé par la découverte d’une auberge à Mariko. Cette auberge d’époque était déjà un restaurant au 17e siècle, lors de la création de la route du Tokaïdo par le premier shogun Ieyasu Tokugawa en 1601. Elle apparaît sur l’une des estampes d’Hiroshige dans sa série sur les 53 stations du Tokaïdo (voir ci-contre). Il est 8h30 lorsque je passe devant cette antique vestige, dont la spécialité est le Tororo, une soupe à base de patates douces, que l’on servait aux voyageurs du 17e siècle. Juste au moment où je prends une photo du bâtiment, un homme m’accueille chaleureusmeent et m’invite à entrer. L’intérieur n’a pas changé… et le Tororo y est toujours servi comme autrefois! Merci Monsieur Shibayama de votre accueil! Kaoru Shibayama représente la 13ème génération d’aubergistes à cet endroit, et son fils s’apprête à reprendre l’affaire. Impressionnant! Un lieu chargé d’histoire!
[L’établissement a un  site internet : www.chojiya.info]

Ma route continue à travers les collines jusqu’à la passe d’Utsunoya. ce n’est pas comparable à la passe de Hakone, mais ça monte. La route m’amène à travers le charmant village d’Utsunoya (d’où le nom de la passe): vieilles maisons, chemins sinueux, c’est un réel voyage dans le temps. À l’époque Meiji, pour faciliter le passage du col, les hommes de l’Empereur ont creusé un tunnel qui permet de limiter l’ascension. Long d’environ 200 à 300 mètres, ce tunnel a été parfaitement restauré et débouche au milieu de la forêt. Vous pouvez en voir quelques photos plus bas dans l’album de la journée.

Après le tunnel, c’est la descente direction Fujieda. Encore quelques routes sinueuses et place à quelques rizières qui marquent le 200ème kilomètre de mon périple. Je rejoins ensuite la route nationale jusqu’à Fujieda, une petite ville comme des dizaines d’autres, où la modernité a effacé toute trace d’un passé pourtant prestigieux.

Ces quatre derniers jours, j’ai marché pratiquement 100 kilomètres, si bien que demain sera une journée de repos. Vous ne m’en voudrez pas, je prendrai aussi sans doute congé de mon blogue pour une journée.

N’oubliez pas, toute cette action, c’est aussi pour une bonne cause, celle de Continents Pluriels en faveur des enfants abandonnés et défavorisés. Alors, si vous aimez suivre le récit de mon périple et que vous appréciez mes photos, une petite contribution qui aidera concrètement les enfants serait toujours appréciée! Pour faire un don, aussi minime soit-il, cliquez ici.

Un grand merci de me suivre et de me lire…

Nicolas

Written by 

One thought on “Étape 10 – Un voyage dans le temps et 200 km de faits”

  1. Oh mon dieu, quelle aventure kinesthésique!!!
    J’ai pu me projeter dans ce lieu l’espace d’un instant!
    Et ce tunnel ouah!!!
    Merci et bon repos mon ami 🙂

Répondre à Bridge Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *